Hôtel de Gadagne

L’Hôtel de Gadagne est un des joyaux du patrimoine bâti lyonnais, emblématique de son quartier historique inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est le plus grand édifice du vieux Lyon que vous pouvez visiter.

Ce monument historique présente une architecture typique de la Renaissance à Lyon : une magnifique cour, des escaliers à vis, des cheminées monumentales, un plafond peint et des décors des 15e et 16e siècles. Cachés au dernier étage, ses jardins en terrasse sont un véritable havre de paix. Une halte incontournable dans votre découverte de Lyon !

L’accès à la grande cour est direct depuis la rue de Gadagne et vous pouvez monter aux jardins, au 4e étage, tout aussi librement et gratuitement. L’Hôtel de Gadagne abrite deux musées, le musée d’histoire de Lyon et le musée des arts de la marionnette. Pour découvrir ses beaux espaces intérieurs, votre billet d’entrée aux deux musées sera votre pass !

Entrée de Gadagne - © Muriel Chaulet, 2019
Entrée de Gadagne - © Muriel Chaulet, 2019

Le bâtiment Renaissance

L’Hôtel des Pierrevive, plus communément appelé Hôtel de Gadagne, est un hôtel particulier construit au début du XVIe siècle par les frères Pierrevive. A partir de 1538, l’édifice est loué puis acheté par la famille du célèbre marchand-banquier d’origine florentine (Italie) Thomas II de Gadagne (Guadagni).

Au XXe siècle, le bâtiment est acquis par étapes par la Ville de Lyon. Il est classé monument historique en 1920. 

Entre 1998 et 2008, la municipalité y réalise d’importants travaux d'agrandissement et de rénovation, ainsi que des fouilles archéologiques. 

L’Hôtel-de-Gadagne est aujourd’hui le plus vaste ensemble Renaissance de Lyon. 

Haut-lieu du patrimoine bâti lyonnais, il témoigne de l’histoire de la Ville depuis plus de 500 ans.

Découvrir l'histoire de Gadagne

L'Hôtel de Gadagne depuis la Rue de Gadagne - © Gilles Aymard, 2009
L'Hôtel de Gadagne depuis la Rue de Gadagne - © Gilles Aymard, 2009

La grande cour

Laissez-vous transporter par l'atmosphère magique de cette cour, la plus grande du Vieux Lyon.

Les façades, le puits ainsi que les galeries nord qui relient les deux corps de bâtiment datent du 16e siècle. Les trois belles teintes des façades témoignent de l’évolution des bâtiments et parcelles au fil des siècles.

Grande Cour de Gadagne - © Gadagne, 2011
Grande Cour de Gadagne - © Gadagne, 2011

L’escalier d’honneur

En déambulant dans le musée d’histoire de Lyon, vous empruntez ce magnifique escalier, comme le fit Marie-Catherine de Pierrevive habitante prestigieuse des lieux et dame d’honneur de Catherine de Medicis ! Avec son noyau torsadé et sa rampe en pierre intégrée, cet escalier dessert tous les étages de l’hôtel de Gadagne. 

Construit vers 1515 par les Pierrevive, riches famille piémontaise marchande d’épices, l'escalier d'honneur constitue, à l’époque, l'entrée principale de la maison. Lumineux, spacieux, il ouvre sur une cour, qui deviendra plus tard la rue de Gadagne. Les hôtes de cette prestigieuse famille l’empruntent pour se rendre dans la grande salle de réception ornée d'une cheminée monumentale (située en salle 4 de l'exposition permanente Portraits de Lyon).

En savoir plus avec la fiche descriptive

Escalier à vis de Gadagne - © Xavier Schwebel, 2009
Escalier à vis de Gadagne - © Xavier Schwebel, 2009

Le plafond peint

Laissez-vous chavirer par ce plafond polychrome en lambris de bois et en papier mâché, classé monument historique. Parmi les illustres personnes qui occupèrent Gadagne, André Falconet, médecin et échevin (conseiller municipal) fait figure de grand ré-aménageur et de grande ré-aménageuse. 

En 1654, André Falconet achète la propriété et aménage avec Catherine Quinson une demeure de prestige dans la partie sud.

Vraisemblablement réalisé entre 1656 et 1661, le plafond se compose de trois parties, au centre desquelles étaient tendues des toiles peintes. Aux angles, les lettres F et Q correspondent aux monogrammes d’André Falconet et de son épouse, Catherine Quinson.

En savoir plus avec la fiche descriptive

Vue du Plafond peint de Gadagne - © Gilles Aymard, 2009
Plafond peint de Gadagne - © Gilles Aymard, 2009

Les salles remarquables

Transportez-vous dans le temps en parcourant cet ensemble de 4 salles, qui vous plongera dans l'atmosphère et les décors des 16e et 17e siècles.

Situé au 2e étage du musée d’histoire de Lyon, il témoigne de l’histoire de l’édifice.

Enduit à la chaux, soulignement des ouvertures à l'ocre et à la terre de Sienne, système de volets intérieurs en bois, tommettes en terre cuite… Préservés, les enduits anciens ont pu être restaurés. Leur état de conservation est extrêmement rare.

En savoir plus avec la fiche descriptive

La décoration

Salles remarquables rénovées de Gadagne - © Pierre Verrier, 2009
Salles remarquables rénovées de Gadagne - © Pierre Verrier, 2009

L'horloge Charvet dite "horloge aux guignols"

Construite à partir de 1864 par Louis Charvet, horloger de la Ville, cette étonnante horloge à grande sonnerie et à jacquemarts actionne cinq automates contant joyeusement une épopée du temps qui passe.

Tous les quarts d’heure, Arlequin et Polichinelle, personnages de la commedia dell’arte, font sonner quatre cloches de bronze doré, tandis que Gnafron et Guignol armé de sa tavelle, frappent sur la plus grosse cloche.

Enfin, à chaque heure, c’est la « Trompette » qui s’anime pour annoncer la grande sonnerie. Véritable trésor du patrimoine mécanique et théâtral lyonnais, ce carillon témoigne des savoir-faire à la fois traditionnel et novateur de la Maison Charvet au 19e siècle.

Installée au 8, rue de la Poulaillerie à Lyon 2e depuis l’origine, l’Horloge Charvet a été acquise par la Ville de Lyon en 2005. Après six mois de restauration, elle a été déménagée sur la façade de Gadagne début 2021.

Montage de l'horloge Charvet à Gadagne par Philippe Carry - © Muriel Chaulet, 2020
Montage de l'horloge Charvet à Gadagne par Philippe Carry - © Muriel Chaulet, 2020

Suggestions